Hockey : accepte-t-on les risques?

Actualités juridiques
Partager
Imprimer

John Tavares des Maple Leafs a été heurté à la tête par le genou de Corey Perry du Canadien… La violente scène n’a pas échappé aux amateurs de hockey jeudi soir. Lorsque vous jouez au hockey, est-ce que vous acceptez tous les risques?

Accepter les risques…

La pratique d’une activité comme le hockey, mais aussi le patinage sur glace ou le ski alpin peut comporter certains dangers comme des chutes, pouvant parfois entrainer de sérieuses blessures.

Lorsqu’une activité comporte des risques, on dit que vous les acceptez si vous connaissez les risques associés à cette activité et que vous décidez tout de même de la pratiquer, en toute connaissance de cause.

Par exemple, au hockey, les mises en échec peuvent faire partie du jeu, surtout au niveau professionnel.

Cela signifie qu’en cas d’accident, vous ne pouvez pas nécessairement vous faire indemniser. 

…mais pas tous les risques

Cela dit, l’acceptation des risques s’applique uniquement pour les risques qui sont normalement reliés à la pratique de l’activité en question.

Par exemple, si vous jouez au hockey, vous acceptez le risque de chuter sur la glace, mais pas de recevoir un coup de poing interdit par les règles officielles!

En 2016, un joueur de hockey devenu tétraplégique, à la suite d’une mise en échec par derrière, a obtenu compensation de 8 millions de dollars de la part de celui qui lui a causé ses blessures.

En effet, la mise en échec par derrière est interdite par les règles officielles du jeu.

La Cour a donc conclu que sa blessure résultait de la faute de son adversaire et non du risque possible lié à la pratique du hockey. ​