Registre des clients dans les bars : ce qu’il faut savoir

Actualités juridiques
Partager
Imprimer

En plus d’interdire l’organisation de toute activité de karaoké dans les lieux publics, le gouvernement a récemment imposé aux propriétaires de bar de tenir un registre de leurs clients. Cette obligation permettra de rejoindre plus facilement des personnes qui pourraient avoir contracté la COVID-19 si de nouvelles éclosions devaient naitre dans un bar.

Pas de clients sans registre

La tenue d’un registre des clients est maintenant obligatoire. Cela signifie que les propriétaires de bar doivent en tenir un, mais aussi que les clients qui refusent de fournir leurs renseignements personnels n’auront plus le droit d’entrer dans un bar.

Quels renseignements peut-on vous demander?

La tenue d’un registre des clients est encadrée par la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé. Les renseignements collectés sont donc limités. Un propriétaire de bar ne devrait vous demander que les renseignements personnels suivants :

  • votre nom complet,
  • votre numéro de téléphone,
  • votre adresse courriel.

Vos renseignement seront conservés pendant 30 jours.

Comment ces renseignements seront utilisés?

Les renseignements collectés dans le registre ne doivent servir qu’à faciliter les enquêtes des autorités de santé publique. Vos renseignements pourront donc être transmises aux autorités de santé publique si une éclosion de nouveaux cas de COVID-19 a lieu dans le bar que vous avez fréquenté à la même période. Vous pourriez être ensuite contacté pour vous demander de vous soumettre à un test de dépistage.

Le propriétaire du bar n’a pas le droit d’utiliser les renseignements collectés pour d’autres motifs. Par exemple, il ne peut pas utiliser votre adresse courriel pour ensuite vous envoyer son infolettre.

Les renseignements collectés doivent être détruits 30 jours après qu’on vous les ait demandés. Au-delà de ce délai, vos renseignements ne sont plus utiles pour les autorités de santé publique.