Samedi férié: que prévoit la loi?

Publié le: 

Design Pics / Thinkstock

Il existe plusieurs jours fériés durant l’année, dont font partie le 24 juin et le 1er juillet. Mais les règles peuvent varier d’un cas à l’autre, notamment quand ces jours fériés tombent un samedi comme cette année.

Les règles décrites dans cet article s’appliquent aux salariés concernés par la Loi sur les normes du travail. Pour savoir si c’est votre cas, consultez notre article sur les normes du travail au Québec.

 

Un jour chômé, mais payé

Un «jour férié» est un jour où l’on ne travaille habituellement pas, mais où l’on reçoit quand même de l’argent. Contrairement à ce que l’on peut croire, il ne s’agit pas d’une journée de salaire comme une autre, mais d’une compensation versée sous forme d’indemnité, calculée en fonction de certains critères.

Pour la plupart des personnes qui travaillent à temps plein, c’est effectivement équivalent à un jour de salaire. L’indemnité sera toutefois généralement moindre pour une personne qui travaille à temps partiel.

 

Samedi férié: des cas particuliers

Cette année, le 24 juin tombe un samedi. Selon la CNESST, si vous n’êtes habituellement pas à l’horaire ce jour, votre employeur doit vous accorder un congé compensatoire le jour ouvrable suivant ou précédent, ou encore vous verser une indemnité compensatoire. 

Le 1er juillet, lui aussi, tombe un samedi cette année. Contrairement au 24 juin qui dépend de la Loi sur la fête nationale, le 1er juillet dépend de la Loi sur les normes du travail. Les règles qui s’appliquent sont donc similaires à celles des autres jours fériés, telles que nous les décrivons dans notre article détaillé.