Santé

Avortement : gratuit et légal tout au long de la grossesse

Partager
Imprimer

Au Québec, l’avortement est gratuit et légal tout au long de la grossesse. Il existe cependant des limites pour recevoir un avortement plus tard dans la grossesse.

L’avortement est légal tout au long de la grossesse

Lorsque la Cour suprême du Canada a décriminalisé les avortements dans les années 1980, elle n’a pas fixé de date limite pour se faire avorter. Aujourd’hui, l’avortement est légal tout au long de la grossesse.

En revanche, gardez à l’esprit que l’accès à l’avortement devient plus difficile à mesure que votre grossesse avance.

À savoir! Vous n’avez pas besoin de l’autorisation de votre partenaire pour vous faire avorter. Aussi, les jeunes de 14 ans et plus n’ont pas besoin de la permission de leurs parents.

Accès généralisé lors du premier trimestre

Au Québec, la plupart des gens obtiennent un avortement au cours du premier trimestre (dans les 12 premières semaines de grossesse).

Pendant cette période, vous pouvez vous faire avorter dans une clinique spécialisée, un CLSC et un hôpital.

Certains médecins de famille supervisent également des avortements médicaux (parfois appelés la « pilule abortive ») au début de la grossesse. L’avortement médical n’est pas la même chose qu’un contraceptif d’urgence, comme la « pilule du lendemain ». Les contraceptifs d’urgence sont aussi permis au Québec et sont vendus en pharmacie.

Accès plus limité durant le reste de la grossesse

Plus le deuxième trimestre avance, moins de cliniques ou d’hôpitaux pratiquent des avortements. Vous pouvez contacter le Centre des rendez-vous en avortement de Montréal ou une des ressources mentionnées à la fin de l’article pour savoir ce qui est possible pour vous.

Après 23 semaines, un nombre limité d’établissements pratiquent des avortements au Québec. Ils peuvent accepter de le faire dans des cas exceptionnels, par exemple, s’il y a des anomalies fœtales graves et incurables. 

Les personnes qui ne peuvent pas se faire avorter au Canada à ce stade peuvent parfois se rendre aux États-Unis pour se faire avorter. La Régie de l’assurance maladie du Québec couvre les frais de déplacement et les frais médicaux.    

L’avortement est gratuit pour la plupart des gens

L’assurance maladie du Québec couvre les avortements chirurgicaux et médicaux. L’avortement est donc gratuit.

Si vous n’avez pas accès à l’assurance maladie du Québec, vous devrez probablement payer vous-même l’avortement ou avec votre assurance privée.

Vous êtes nouvellement arrivée au Québec? Le coût de l’avortement pourrait être couvert. Par exemple :

  • Si vous êtes une personne immigrante qui attend de recevoir sa carte d’assurance maladie, vous pouvez normalement vous faire avorter gratuitement.
  • Si vous êtes une personne réfugiée, vous pouvez également être couverte par le Programme fédéral de santé intérimaire.
  • Si vous venez de l’extérieur de la province, vous pourriez être remboursé par votre province de résidence. Informez-vous en communiquant avec le régime d’assurance maladie de votre province.

Contactez les organisations mentionnées ci-dessous pour obtenir des informations sur l’avortement, y compris les frais de déplacement pour les personnes à l’extérieur des grands centres.

Zones d’accès sécuritaires

En 2016, le Québec a adopté une loi pour créer des « zones d’accès sécuritaires » autour des établissements qui pratiquent des avortements. Les manifestations ne sont pas permises à moins de 50 mètres de ces établissements.