Sténographe officiel

Partager
Imprimer

Enregistrer et transcrire exactement les échanges qui ont eu lieu lors des interrogatoires et dans les salles d’audience: c’est l’essentiel du travail de cet officier de justice.

Description

Une espèce vouée à l’extinction, les sténographes officiel(le)s? Pas du tout! On en a besoin au Québec.

Ces officiers de justice méconnus jouent un rôle essentiel dans le système judiciaire.

Avant le procès, le sténographe officiel prend des notes lors des interrogatoires. Le juge pourra ensuite s’appuyer sur sa transcription de ces conversations.

Après le procès, on peut lui demander de transcrire les échanges qui ont eu lieu dans la salle d’audience: les témoignages, les aveux, les objections et les décisions du juge sur ces objections. Le plus souvent, le sténographe n’assiste pas à l’audience: il travaille après coup, à partir d’un enregistrement sonore. 

Les transcriptions ont une importance capitale si le dossier va en appel. Car les juges prennent leurs décisions après avoir étudié ces documents.

Particularité du travail du sténographe officiel: il peut procéder de deux façons pour enregistrer l’information. Soit il tape très rapidement sur un étrange clavier qui utilise un langage phonétique, la « sténotype »; soit il répète tout ce qu’il entend dans un masque enregistreur, le « sténomasque ».

On attend du sténographe officiel les qualités suivantes:

  • avoir une excellente maîtrise du français;
  • avoir une très bonne capacité de concentration, une bonne dextérité et une ouïe en santé;
  • faire preuve d’un grand professionnalisme: ponctualité, rigueur, résistance au stress, autonomie, etc.

Le travail

Les principales tâches du sténographe officiel

  • prendre en note des témoignages à la vitesse de la parole (les questions, réponses, hésitations, parfois même les pleurs).
  • transcrire ces témoignages avec la plus grande exactitude.
  • s’assurer que les interrogatoires sont faits dans le respect des règles, quand ils ont lieu en dehors de la cour.

Les conditions et le milieu de travail

Le sténographe officiel n’est pas un employé du tribunal. Il oeuvre comme travailleur autonome, parfois dans un bureau de sténographes. Il passe une bonne partie de son temps à écouter les procès et les interrogatoires, mais c’est chez lui ou dans son bureau qu’il retranscrit ses notes. Le sténographe peut également être appelé à travailler sur autre chose que les procès: sur des conférences, par exemple.

La formation

Pour avoir le droit d’exercer comme sténographe, il faut:

  • obtenir une attestation d’études collégiales en sténographie judiciaire. Cette formation est donnée par l’École de sténographie judiciaire du Québec. Les cours durent deux ans et demandent beaucoup d’efforts. On y apprend le langage sténographique, les techniques de sténographie et le vocabulaire juridique.
  • réussir l’examen du Comité sur la sténographie du Barreau du Québec. C’est un test exigeant: il faut obtenir une note de 90 % en orthographe et grammaire, et de 80 % en technique de sténographie. N’entre pas qui veut!

Rendez-vous sur le site de l’École de sténographie judiciaire du Québec pour connaître les conditions d’inscription et d’admission au programme.

Pour connaître les particularités du cheminement académique des étudiants anglophones, consultez cet article dans sa version anglaise.

Le salaire

Le salaire d’un sténographe à temps plein se situe aux environs de 50 000 $ par année. Comme le sténographe est souvent un travailleur autonome, ses revenus dépendront du développement de sa clientèle.

Le gouvernement fixe les montants d’argent qu’un sténographe peut facturer (les honoraires):

  • 70 $ de l’heure pour prendre les témoignages, et
  • Un certain montant par page, en fonction du témoin et du délai qu’on lui donne pour retranscrire ses notes.

Par contre, pour des dossiers spécifiques, le sténographe peut s’entendre avec ses clients sur sa rémunération.

Intégrez l’éducation juridique à vos activités

Des ressources gratuites pour les enseignants et les intervenants

Activités clés en main, ateliers en classe animés par des juristes bénévoles, contenus exclusifs, découvrez quantité de ressources et d’informations conçues par des experts en éducation juridique!

educationjuridique.ca

Trousse pédagogique : les métiers de la loi

Conçu pour les enseignants au secondaire, cette activité clé en main permet aux élèves de découvrir les différents métiers liés au secteur juridique.

Trousse : les métiers de la loi