Travail

Violence conjugale : soutenir vos collègues

Partager
Imprimer

Votre collègue vous confie être victime de violence conjugale. Comment lui venir en aide? Vous pouvez lui offrir de l’écoute et du soutien, tout en respectant sa vie privée et ses choix. Renseignez-vous ensuite sur les ressources disponibles dans votre milieu de travail. En tout temps, contactez la police si vous êtes témoin d’une situation urgente et que la vie d’une personne est en danger.

Respecter la vie privée de votre collègue

Quand votre collègue vous dévoile une situation de violence conjugale, vous ne pouvez pas parler de la situation avec d’autres personnes sans son consentement. Respectez son rythme et évitez de discuter de la situation avec votre employeur ou avec des policiers si votre collègue n’est pas d’accord. En effet, cette situation fait partie de sa vie privée. Vous ne pouvez donc pas contrevenir à ce droit, même si c’est pour l’aider.

Toutefois, si votre collègue a des enfants et que leur sécurité enfants vous inquiète, vous pourriez devoir signaler la situation au Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ).

Ainsi, vous ne pouvez pas forcer votre collègue à parler de sa situation, mais vous pouvez continuer de l’écouter et rester disponible. Vous pouvez également consulter des ressources d’aide en votre nom si la situation vous inquiète ou que vous avez besoin de soutien.

Consulter les ressources dans votre milieu de travail

Vous pouvez vérifier quelles mesures votre employeur a mis en place pour aider votre collègue. En effet, l’employeur doit prendre des mesures pour protéger une personne victime de violence conjugale dans son milieu de travail. Il doit le faire quand il sait ou devrait raisonnablement savoir qu’une personne vit cette situation. Il doit aussi éliminer les dangers qu’il constate.

Par exemple, il y a peut-être une personne ressource qui est formée pour offrir de l’aide dans votre milieu de travail. Aussi, votre employeur pourrait mettre en place un plan d’accompagnement ou un plan de sécurité avec la personne victime. Cela peut prévoir :

  • d’éloigner son poste de travail des zones visibles par le public,
  • d’être accompagné par un ou une collègue en tout temps pendant ses quarts de travail.

L’employeur doit permettre à une personne victime de violence conjugale de s’absenter du travail. Selon le secteur d’activité de votre milieu de travail, votre employeur doit offrir les congés suivants :

Secteurs provinciaux

Secteurs fédéraux

Congés non payés par période de 12 mois

26 semaines

10 jours

Congés payés
(pour les personnes qui ont travaillé au moins 3 mois en continu)

2 premiers jours

5 premiers jours

Vos conditions de travail ou votre convention collective pourrait aussi prévoir des règles plus avantageuses.

Porter plainte à la police en cas d’urgence

En général, vous n’êtes pas obligé d’appeler la police lorsque vous êtes témoin d’un crime.

Par contre, si vous êtes témoin d’une situation urgente et que la vie d’une personne est en danger, vous devez lui venir en aide. Vous pouvez lui apporter une aide physique, si vous en êtes capable. Vous pouvez aussi appeler les services d’urgence.

Pour aller plus loin

Au besoin, vous pouvez diriger votre collègue vers notre dossier sur la violence conjugale.